02 avril 2007

Quasi fin du Péloponnèse (Sud et Ouest)

Galere, galere, dimanche, impossible de trouver un lieu Internet ouvert et cela n'a pas ete facile ce lundi (dur, dur, pour les accros). Mais cela sera raconte dans le blog09, donc :

Une semaine avec plein de « petits riens » qui font que la semaine n’a pas été tout à fait celle prévue. Les perturbateurs furent dans l’ordre : la « sainte vierge » (qui d’habitude me perturbe très peu), le vent, l’absence ou la fermeture de « café Internet ».



Notre camping était donc à 3km du village neuf de Mystras et à 2km de l’entrée de Sparte, et, pour le dimanche, l’idée était de visiter le site de Mystras, la « perle de Morée » au pied des monts Taygete.

Cet ensemble fut d’abord un château franque (cédé comme rançon à Byzance en 1260), puis devint un haut lieu culturel et religieux (la « Florence » de l’Orient), avec encore environ 45 000 habitants au 17ieme siècle. Aujourd’hui, il ne reste qu’une dizaine de religieuses dans un des nombreux monastères.
Comme le site se déploie sur l’ensemble d’un large piton haut de 400m, nous trouvâmes astucieux de prendre un taxi qui nous laisserait tout en haut (château franque), nous visiterions alors en ne faisant que descendre, et en sortant des remparts, on se retrouverait au village neuf qui « of course » ne comprend quasi que des tavernes, et, puis repas fait, on reviendrait à pied (ou en taxi) au camping.
Aussitôt pensé, aussitôt fait. Le taxi nous laisse tout en haut et repart. Au niveau de la poterne d’entrée, on y apprend que ce dimanche étant celui de l’annonciation à Marie (a priori, la vierge est très importante chez les orthodoxes) le site est fermé.
Pendant que l’on réfléchissait à ce que nous allions faire, fort opportunément, nos voisins hollandais de camping arrive avec leur CC, et donc le retour au camping se fit, nous 4, assis autour de leur table.
Que faire de la journée ? eh bien pourquoi pas un peu de sport en faisant du vélo ? Enjambant nos fidèles coursiers, nous repartîmes donc d’abord vers Mystras en baguenaudant




















pour…déjeuner dans une petite taverne, puis nous repartîmes dans l’autre sens vers Sparte où Luc trouva, clé USB en poche, un Internet Café pour mettre en ligne le Blog N°7.

Donc, le lundi, têtus comme des cévenols parpaillots, nous reprîmes le programme de la veille, mais en abandonnant la visite du château franc (une seule étoile au Michelin) et posâmes donc le Manouche au parking du bas et visitâmes de fond en comble les villes dites basse et haute de Mystras (en fait 4 monastères, 4 églises et le « palais des despotes », et un certain nombre de fontaines turcs).
Globalement, le site est superbe de par son environnement, car tout, ce qui n’est pas monastère ou église est en ruines, et le palais des despotes est en totale reconstruction « à la façon grecque ». On ne peut pas dire que Mystras ait passionné les enfants, mais il y avait suffisamment de cachettes (pour Blaise) et de fleurs (pour Jeanne) pour qu’ils effectuent la visite sans aucun signe de rejet.






















Dés que nous revînmes au Manouche, nous partîmes en indiquant aux enfants que les « visites de ruines » (sauf Olympie dans une semaine ) étaient finies et que nous envisagions une petite semaine de plages en plages en espérant que la mer serait baignable car nous descendions plein sud et donc au bout de l’Europe continentale.(cher lecteur-lectrice, je vous vois soupirer d’aise : enfin, plus aucune photo de ruines et à nous des photos de plage avec cocotiers,…..) .


Nous posâmes le CC sur la plage de Mavrovunion qui en fait n’est pas un village mais un ensemble de maisons dont toutes, sans exception, sont à louer. Sur cette plage de 6 km de long, il y a donc 2 grands campings, 3 tavernes, 2 hôtels (tous fermés, mais la plupart en travaux de pré-ouverture) et une bonne centaines de maisons (nous ne vîmes qu’un studio d’occupé). C’est donc un endroit béni pour les camping-car (un semblant de route entre la plage et les maisons, et strictement aucun problème pour avoir la mer à soi) et d’ailleurs nous en comptâmes 6 sur l’ensemble de la plage (que nous parcourûmes à pied et en vélo).


















Malheureusement, le vent se leva dans l’après-midi empêchant tout désir de baignade. Les restaurants étaient à Gythéon, un beau port à 4 km de la plage, classiquement de l’autre coté du cap (donc avec d’abord 2 km de bonne montée et 2 km de bonne descente). Nous allâmes donc le soir à l’Internet Café (en fait un établissement de jeux) et au restaurant en camping-car.


Le mardi fut une vraie journée de bulle (ballade à pied et en vélo, partie d’échecs, et Claude terminant le tome ‘ de HP,….) avec, quand même la première vrai baignade en mer.








La solitude des fauteuils abandonnés





















Le mercredi, poursuivant nos sauts de puce de plages en plage, il était prévu de faire 50km pour atteindre le dernier village (Jerolimin) de la presqu’île du Magne (« terre aride et battue par les vents, aujourd’hui dramatiquement dépeuplée » comme dit le guide Michelin). La route fut superbe, le paysage magnifique dans son âpreté avec, de loin en loin, la vision de quelques vieux villages à moitié déserts. Vu la situation, on comprend que les « maniotes » vivaient surtout de leur activité de « naufrageurs » (des tours « faux phares » se voient encore sur tous les promontoires).




Dans le village de Jerolimin (une cinquantaine de maisons), on trouva une superbe place pour le Manouche dans le prolongement du petit port. Comme il n’y avait aucun café internet, on entra dans un hôtel style « relais-chateaux » qui était en préparatif d’ouverture, et avec grande gentillesse Luc put s’asseoir dans le fauteuil du directeur pour consulter Internet.





Pendant la balade, le vent ne fit que forcir, et, pendant la partie de tarots, on constata que le Manouche commençait à tanguer fortement sous les coups de boutoir des rafales (car nous étions entouré de 2 falaises et donc en plein dans un entonnoir à vent), ce qui fit que nous décidâmes de repartir afin de trouver un « mouillage » plus abrité.
La route fut un peu difficile, car Luc devait tenir très fermement le volant du fait que le vent nous prenait de coté (et on ne peut pas dire qu’un camping-car offre une faible prise au vent). Il y eu 3 ou 4 rafales où il fut heureux qu’il n’y ait pas eu à ce moment une voiture en sens inverse. Le bulletin météo avait dû donner un avis de tempête car nous vîmes 2 cargos se dérouter pour aller se mettre à l’abri entre 2 promontoires. En arrivant de Sparte, nous avions vu de haut le petit port d’Itylon qui est totalement entouré de hautes falaises, ce qui nous convenait car le vent venant de la terre, ce petit port devait être protégé du vent. Nous y descendîmes par 5 ou 6 épingles à cheveux et y passâmes fort bien la nuit en nous félicitant de notre choix car la tempête forcit dans la nuit.

Le coin nous plaisait bien, mais nous dûmes nous rendre à l’évidence : aucun hôtel et aucune taverne n’était ouverte et donc il n’y avait aucune possibilité d’Internet. Il en fut de même , 30km plus haut, à Kardamyli où le café Internet était encore fermé (ouverture en avril) ; Nous décidâmes donc de quitter le Magne et de basculer plus tôt que prévu sur la cote ouest du Péloponnèse, là où il y a encore des habitants (et des touristes) et donc des café Internet ouverts.
Nous arrivâmes donc à Methoni 2 jours plus tôt que prévu, mais comme nous trouvâmes, comme le disait le guide, une belle plage, un café Internet et une taverne populaire, nous y restâmes 2 jours. Le Manouche était à 20m de la plage, à 10m des jeux d’enfants et du bistrot (les enfants amenaient leur travail, et nous les faisions travailler une heure : Luc buvant un Ouzo et Claude un café frappé), à 50m de l’Internet Café et de la taverne Narkos.
A part la visite des beaux restes de l’énorme forteresse (franque, vénitienne, ottomane, …), nous n’y fîmes « pas grand chose » sinon surveiller les enfants jouer, se baigner et faire des châteaux de sables ; Il faut noter (pour le barbu d’Avignon ) que Luc y a commencé et fini « Mystic River » (superbe roman noir de Dennis Lehanne, qui a été adapté au cinéma par Clint Eastwood). Nb : pour la petite histoire, c’est le barbu d’Avignon qui m’a fait découvrir cet auteur en me prêtant « shutter Island » que j’ai, à ma grande honte, oublié de lui rendre. Promis, Philippe, je te prêterais les 3 Lehanne que j’ai acheté.

























Samedi matin, nous avons donc quitté, avec presque un peu de nostalgie, les habitudes vite prises (café, bistro, café, taverne) pour remonter de 120 km plein Nord afin de nous poser au camping « Olympia » à ….Olympie.

Dimanche 1er avril sera donc notre dernière visite de site grecque. Nous en gardons le compte-rendu pour le blog de la semaine prochaine qui sera donc envoyé de la Sérénissime car mercredi soir, nous embarquons sur un ferry à Patras pour débarquer vendredi matin à Venise. (oh la la, cela sent le retour).

10 commentaires:

françoise a dit…

hier, nous étions inquiets de ne pas avoir le récit de la semaine!ouf ce n'était qu'un manque de internet café! on devient vite accro.Bravo pour votre courage les enfants! a quelle température est la mer?les adresses:monique 12 rue eugène hélary 22500 paimpol et michel 8 place des vallées 92250 la garenne colombes
Bonne traversée et super visite de Venise .petits veinards!
bises

François de BlR a dit…

Salut les aventuriers;
Enfin le blog est arrivé !
On devient accroc ; on visite, on est dans la tempête, on prend des coups de soleil et on déguste l'ouzo, le tour par procuration.
Adieu la Grèce, bonjour Venise. Ah les veinards.
Bises à tous.
François de BiR

Nicolas J a dit…

"café, bistro, café, taverne" !

On s'inscrit où pour le voyage ?

sandra a dit…

les pougheon sont au garde à vous !! et impatients de suivre la suite des aventures ....
Luc, tu nous montres ainsi qu'il n'y a donc pas que des avantages à venir en grèce hors saison ...(mais le moteur est il Internet , les repas en taverne, ou l'ouzo au bar ... ??)
bonne fin de séjour en grèce ....

le gang d'avignon a dit…

"Nb : pour la petite histoire, c’est le barbu d’Avignon qui m’a fait découvrir cet auteur en me prêtant « shutter Island » que j’ai, à ma grande honte, oublié de lui rendre. Promis, Philippe, je te prêterais les 3 Lehanne que j’ai acheté."


ça y est !!!! je suis enfin devenu une star : je suis DANS le blog du gang du canton !!!!

Sinon, plus sérieusement, ça fait plaisir de vous retrouver, et de voir que (même si la météo n'est pas vraiment au rendez vous) vous prennez un peu de bon temps... Parce que jusque là, c'était rythmé comme périple : ruines, hopitaux, visites culturelles et gastronomiques, appentissage des jeux de sociétés... fallait suivre... Vous deviez avoir besoin de ce farniente bien mérité (style "week-end du gang avigno-arlésien au canton").

Le Sud du Péloponnèse à l'air magnifique ! Et voir cet endroit (même par mauvais temps) en absence de touristes est un privilège...

ça sent effectivement le retour, mais ça nous fera aussi un peu des vacances à nous qui sommes dans la grisaille provençale (coucou les parisiens !!!) et les affres de la vie de travailleur...

Enfin, tous ça m'a donné une idée que je propose en pature à tous les habitués du canton : un blog "clients du canton" où on racontera nos longs après-midi sur les chaises longues, nos multiples baignades dans la piscine, l'apéro qui commence à 18 h, les grasses mat dans la clède... Tous ça pendant que les manouches (qui n'en seront plus) nous mijoterons des petits plats, ferons le jardin... (je suis sûr que ça commence à vous manquer à vous aussi tout ça !)

On se vangera les manouches, on ne vous ratera pas !

:-)

Bon début de retour !

Bises de tout le gang D'Avignon (et en particulier du Barbu)

Anonyme a dit…

HI,

Pas de blog le dimanche soir. Elo et moi fumes bien decus. C'est que c'est devenu un rituel mais il faut bien commencer la cure de desintox...

Luckymatou a dit…

Je me suis toujours demande ce que cherchait le chercheur barbu, maintenant je le sais, c'est la "celebrite". Bienvenu dans le club. Luc

Marylène a dit…

Vous commencez à vraiment nous donner envie de voir le large avec toutes vos photos, commentaires.
Vous vous régalez quoi et on est bien content pout vous....
Aurez-vous encore envie de nous raconter votre périple à table au lycée hotelier?
Cela n'aura rien à voir avec toutes les spécialités que vous aurez pu goûter...mais bon nous ,on vous attend!!!
Mailys attend jeanne pour le basket et bien d'autres choses encore.
Profitez bien de Venise!! et à bientôt maintenant ..C'est vrai que le retour se fait sentir...
Nous ça y est ....on prend quelques jours de vacances aussi dans le larzac ..;c'est moins loin...
Ce mail est bien destiné à tous, je ne suis plus sur le blog de Claude!!!!
Bises

Yves a dit…

Bien l'bonjour,
Hou la la, ça sent le retour tout ça, paysages désertiques, vents forts et tempêtes, plages désespérément vides,et voila que même la sainte vierge s'y met aussi!....(remarquez, quand on est parpaillots, côté Marie, on est tranquille nous!)...oui oui revenez-nous mais entier!... puis l'appetit me semble vous revenir aussi, j'espère que vous avez gardé les bonnes adresses d'auberges où les amphitryons ne nous servent pas que du riz aux feuilles de vigne!
Et puis Venise...Haaaa là, vous terminez en pleine nostalgie! Ca va pleurer dans le Manouche au retour, mais il y a quelques bonnes vieilles ruines par chez nous, que vous pourrez visiter, histoire de vous mettre en "sas de décompression"!
Et puis revenez vite aussi pour voter, mettre un terme à tout ça et qu'on en parle plus! Ils s'insultent maintenant!!! :o))
Bonne route, pas trop de chianti, ici ce sont les gendarmes qui font souffler fort!
On vous embrasse!
A++
Yves and C°

maliloujac a dit…

On a suivit vos péripécies, même si les échanges ne furent que "professionnels". Et je trouve enfin un peu de courage pour vous mettre un mot.
profitez bien de Venise..;et ne mourrez pas.


Bises A