17 février 2007

Un depart...mal parti



…….mais tout s’est bien remis en 48H (la preuve, ce blog est écrit du camping MichelAngelo sur une colline dominant l’Arno et Florence. Le Ponte Vecchio est à 10mn à pied !!!!).


Reprenons au début. Départ à 10H30 au lieu de 9H (normal). Dans la descente à St Jean, la porte du frigidaire s’ouvre. Verdict, le système de fermeture ne marche plus. Arrêt à St Jean chez un copain pour prendre 2 planches et scier un chevron pour bloquer la porte du réfrigérateur (il est plus de 11H).
Les 500 km entre St Jean et Gênes se passent sans problème (les enfants sont ravis du lecteur de DVD portable fonctionnant sur la prise-cigare).
Apres Gênes, à Rappalo, bien que sous la pluie on décide d’aller dîner à PortoFino (3* au Michelin). Sur la fantastique route de corniche, superbe mais étroite, dans un virage, on entend un énorme bruit sur la carrosserie. Nous pensons tous que j’ai braqué trot tôt et que j’ai percuté un rocher en saillie surplombant. La coque de la cellule doit être endommagé. Le voyage commence très mal.
On se gare et on va voir tout de suite les dégâts et là, alors qu’il commence à faire nuit, on ne voit strictement rien (le lendemain matin, en plein soleil, en montant sur le toit, on verra que c’est une branche fouettée par le vent qui a percuté un longeron du toit car il y a un éclat de 1 cm2 et pas mal de griffures sur la peinture. Donc, la veille, pour fêter le départ, le non-dégat sur le Manouche, on s’offre le restau (il n’y en qu’un seul d’ouvert d’ailleurs à Portofino. Ce n’est pas une cantine pour prolo, mais la vue est superbe sur le petit port.



Le lendemain, notre première tache (après avoir compris le bruit de la veille) est de trouver une bouteille de propane (de par les recherches sur Internet, nous savons que ces bouteilles sont difficiles à trouver en Italie et que les raccords sont différents).
Heureusement, les Italiens sont extraordinairement serviables. Apres une chaîne de 3 commerçants, la dernière nous donne l’adresse d’un vendeur de bouteilles de gaz. C’est évidemment de l’autre coté de la ville (là, par où on est arrivé hier soir, ce qui énerve un peu Luc qui n’est pas très a l’aise avec son gros Manouche dans ces rues étroites et la manière de conduire un peu spécial des italiens n’arrange pas les choses).
Voilà, on y est, on doit voir l’enseigne du vendeur de Gaz. Oui, elle est là. Zut, il fallait tourner dans cette petite rue. Chic, pas de problème, la route s’élargit avec un parking à voiture à gauche, le Manouche peut tourner avec une seule manœuvre. Aussitôt dit, aussitôt fait. Mais les italiens couvrent leur parking voiture avec un toit en plastique à 2M 60. Un italien crie, Luc comprend aussitôt, il pile, mais trop tard. Encore un gros bruit sur la Capucine. Une marche arrière prudente et on regarde. Ouf, ce n’est pas trop grave. C’est uniquement le longeron droit qui est touché.
Heureusement, il y a un grand parking tout à coté. On pose le Manouche et on va hercher la bouteille de Propane à pied. Aucun problème. il y a bien du propane et du Butane. On achete la bouteille de propane apres avoir vérifié qu’il y avait bien dans notre jeu de raccords internationaux un raccord allant pour les bouteilles italiennes. Oui, ça marche. Les bouteilles italiennes sont plus lourdes (15kg au lieu de 13kg) et plus haute que les françaises.
De retour au camping-car, on est catastrophé car de par sa hauteur, la bouteille ne rentre pas dans notre coffre.
C’est donc à ce point critique (2 dégâts sur le Manouche et un grave problème de gaz) que nous terminons ce message. Le Gang du Canton surmontera ces épreuves , mais comment ? vous le saurez au prochain message.

4 commentaires:

Nicolas a dit…

Au prochain message ? Déjà qu'il y en a deux identiques aujourd'hui !

Yves a dit…

Bonjour les Amish ! Eh bien, le voyage s'annonce sous de biens mauvais augures! Mais courage, vous êtes des Manouches avec un grand 'M'et les grands explorateurs en ont bavés aussi, on ne se souvient que de leurs exploits!! Allez courage, vous êtes dans le pays de Marco Polo, et il vous regarde! Vous en reviendrait peut-être tout meurtris mais vainqueurs!! On vous embrasse, de la part du clan des sédentaires Pizani

Franssoit a dit…

Tout bon départ doit être remis d'une durée indéterminée.

Sinon ça porte malheur. Donc : tout va bien.

Pour le gaz j'avais pensé aux raccords, pas à la taille des bouteilles !!!!

La tribu Mazloum a dit…

Eh, Yves, on a vu plein de Pisans...à Pise.